Flore indigène de la Nouvelle Calédonie

Hibbertia nana (Dilleniaceae) Photo ©IRD

Hibbertia nana (Dilleniaceae). Avec un taux d’endémisme de 74,3 %, la flore de Nouvelle Calédonie mérite que l’on s’y intéresse de près. Elle se trouve au 3e rang pour ce caractère après Hawaii (89 %) et la Nouvelle-Zélande (82 %), mais possède une flore nettement plus riche. Ces caractéristiques résultent en grande partie de l’histoire géologique de l’archipel. A la fin de l’éocène, le recouvrement du bâti calédonien par des roches particulières (ultramafiques), qui occupe encore le tiers de la Grande Terre, a engendré une nouvelle phase de sélection et de spéciation. Celle-ci a contribué à la différenciation d’une flore spécialisée qui fait l’originalité des maquis et des forêts sur ces substrats, appelés localement ” terrains miniers ” car ils recèlent du minerai de nickel de chrome et de cobalt.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s